fiches_pedagogiques:sinformersurinternet:acces-a-linformation-en-ligne

Acces a l'information en ligne

Tout le monde n’a pas le même accès à l’information en ligne. L’objectif de cette activité est de faire prendre conscience aux participants par un jeu simple de déplacement dans l’espaces que l’accès à l’information en ligne dépend de nombreux facteurs : politiques, économiques, physiques.

PublicAdos, adultes et Seniors
Participants5 à 30 participant.e.s
Nombre d’animateurs1
Préparation30 minutes
Durée de l’animation45 minutes
  • Papier,
  • Ciseaux,
  • Feutres,
  • Marqueurs

Au travers d’une activité ludique et collective, les participant.e.s pourront prendre conscience que l’accès libre à l’information n’est pas équitable partout, l’impact qu’ont les inégalités technologiques, la censure sur Internet, les défis physiques ou les habiletés langagières sur l’accès à l’information, reconnaître l’impact qu’ont les défis d’ordre géographique, économique et technologique sur l’accès libre à l’information.

Pour comprendre cela, les participant.e.s se mettront dans la peau d’une personne ayant des caractéristiques personnelles bien spécifiques (voir annexes). En fonction de situations données, les participant.e.s devront faire des choix que leur personnage pourrait faire ou ne pas faire.

 

Voici les règles du jeu :

A partie des fiches personnage que vous aurez préalablement rempli grâce au document en annexe, les participant.e.s vont devoir juger si le personnage qui leur a été attribué est capable ou non de réaliser l’action (voir ci-dessous les exemples) que l’animateur.rice lira à voix haute.

Si le ou la participant.e pense que son personnage est capable de réaliser l’action, il avance d’un pas. S’il ou elle pense que son personnage n’en sera pas capable, ielle ne bougera pas.

L’objectif n’est pas d’arriver premier mais permettre aux participant.e.s de mieux comprendre que certains personnages ont un accès privilégié à Internet et de faire le lien avec leur accès personnel. Cette activité peut se dérouler de façon individuelle ou en petits groupes.

Voici le déroulé plus précis de cette activité :

  • Photocopier les fiches « action » pour vous, les fiches « personnage » pour chaque participant.e ou pour chaque groupe (voir annexes ci-dessous)
  • Indiquer, en amont de l’activité, les attributs associés à chaque personnage. Il faut s’assurer de créer des échantillons variés de personnages. Exemple : Un personnage de moins de 13 ans qui habite à Rennes, unilingue anglophone, a un revenu familial moyen, est atteint d’un défi physique et a accès aux outils d’appui. Et un personnage de plus de 13 ans qui habite à Pékin, est unilingue (parle chinois), a un revenu familial élevé et n’est pas atteint d’un défi physique.
  • Distribuer les fiches personnages variées aux participant.e.s et discuter de l’interprétation des attributs pour être sûr que tous le monde comprenne bien son personnage
  • À l’aide des éléments d’information des fiches personnages, animer une discussion qui a pour but de permettre à chaque participant.e de mieux comprendre son personnage et celui des autres. Insister sur les possibilités liées à l’accès à Internet associées à chaque personnage.
  • Une fois que les participant.e.s comprennent bien leur personnage,se placer avec le groupe dans un endroit dégagé et aligner les personnes.
  • Lire maintenant à voix haute les fiches action, une à la fois, et demander aux participant.e.s de faire un pas vers l’avant à chaque activité qu’elles et ils jugent possible selon leur personnage. Ne pas hésiter à leur demander d’expliquer les raisons de leur choix. Exemple : « Visionner une vidéo sur youtube », un.e participant.e dont le personnage habite au Vietnam ou en Chine ou un.e participant.e ayant des handicaps physiques et ne disposant pas d’aide ne pourra pas faire un pas en avant. Les participant.e.s pourront facilement voir les personnages qui ont un accès stable et libre à Internet. L’effet psychologique ressenti au moment de se faire dépasser et de réaliser que seul.e.s certain.e.s participant.e.s peuvent avancer selon l’activité décrite est un bon point de départ pour initier une discussion.

 

Les éléments de discussion listés dans les fiches personnages vous aideront.

  • Moins de 13 ans
  • Plus de 13 ans

Éléments d’information pour l’animateur.rice : Un utilisateur ou une utilisatrice ayant plus de 13 ans aura eu l’occasion de développer des compétences efficaces en matière de navigation sur Internet. Officiellement, l’âge réglementaire pour s’inscrire sur Instagram, Snapchat, Facebook ou Twitter c’est 13 ans, pas l’âge légal : la loi française, contrairement à celle des États-Unis, n’interdit pas formellement aux plus jeunes de s’inscrire dans la cour des grands. Tout juste risquent-ils la fermeture de leur compte s’ils sont démasqués. Exemple sur Facebook : https://www.facebook.com/help/157793540954833

 

 

 

  • Pékin /Beijing(Chine)
  • Hanoi (Vietnam)
  • Rennes
  • Toulouse
  • Paris
  • Vieux (commune du Tarn en Occitanie)

Éléments d’information pour l’animateur.rice : les grandes métropoles telles que Rennes Toulouse ou Paris ne posent aucun problème en terme d’accès Internet. Ce n’est pas le cas pour Vieux, un petit village du Tarn qui fait partie de ce qu’on appelle le « désert numérique », des endroits dans lesquels les connexions haut débit, ADSL2, 45G et même 3G ne sont pas disponibles. On dénombre en Occitanie encore 89 zones blanches, selon l’Arcep https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/tarn/albi/occitanie-zones-blanches-existent-toujours-1341469.html. Le Vietnam est un pays qui contrôle sévèrement Internet. Les réseaux sociaux y sont scrutés et Facebook est même bloqué alors que le pays prétend ne filtrer que du contenu à caractère obscène ou qui met en danger la sécurité nationale, la censure touche en réalité les sites de l’opposition ou ceux qui critiquent d’une manière ou d’une autre le régime. La Chine est le pays qui contrôle le plus Internet au monde. La Chine censure Facebook, Twitter et Youtube. Des services équivalents chinois existent (Sna Weibo, QQ, RenRen et WeChat) mais sont dotés de mécanismes de filtrage automatiques. En Chine, les géants du net Chinois à qui appartiennent ces services (Baidu, Tencent) participent à la censure (ou le « contrôle de l’information ») en ligne.

 

 

 

  • Bilingue anglais/français *
  • Unilingue anglais
  • Unilingue français
  • Unilingue langue autre que le français ou l’anglais *

Éléments d’information pour l’animateur.rice : la majorité des contenus offerts sur le Web tel que nous le connaissons en Occident sont en anglais. Un utilisateur ou une utilisatrice unilingue anglophone pourra accéder à une grande quantité de renseignements. Le français est la langue la plus utilisée sur le Web français. Un utilisateur ou une utilisatrice francophone pourra accéder à une grande quantité de renseignements. Un utilisateur ou une utilisatrice bilingue a l’avantage d’être capable d’accéder aux contenus en anglais ainsi qu’à ceux en français. Un utilisateur ou une utilisatrice unilingue qui parle une langue autre que le français ou l’anglais pourra accéder à une quantité limitée de contenus offerts sur le Web. À noter : le chinois est un cas à part puisqu’il existe énormément de contenus dans cette langue, la plus parlée au monde https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_langues_par_nombre_total_de_locuteurs. C’est aussi le pays qui censure le plus de sites et de contenus au monde.

  • Aucun *
  • Défi physique qui limite l’accès à Internet (cécité, surdité, paralysie) AVEC accès aux outils d’appui
  • Défi physique qui limite l’accès à Internet SANS accès aux outils d’appui *

Éléments d’information pour l’animateur.rice : Un utilisateur ou une utilisatrice ayant un défi physique qui limite son accès à Internet ne pourra pas accéder à tous les contenus Web, puisqu’une grande majorité des contenus contiennent des éléments audiovisuels importants.
Certains logiciels permettent de lire le texte affiché à l’écran ou de décrire les éléments visuels à l’écran. D’autres logiciels permettent à l’utilisateur ou à l’utilisatrice d’entendre les textes à l’écran lus à voix haute. Il existe aussi des claviers en braille qui permettent à l’utilisateur ou à l’utilisatrice souffrant de cécité de naviguer sur Internet. Certains logiciels de sous-titrage affichent les paroles ou décrivent les effets sonores afin qu’un utilisateur malentendant ou qu’une utilisatrice malentendante puisse accéder aux ressources Internet.

  • Élevé *
  • Moyen
  • Faible *

Éléments d’information pour l’animateur.rice : Un utilisateur ou une utilisatrice ayant un revenu familial élevé ou moyen pourra se permettre l’accès à Internet à la maison. Par contre, un utilisateur ou une utilisatrice ayant un revenu familial faible ne pourront pas nécessairement se permettre l’accès à Internet à la maison. Il lui sera plus difficile d’accéder aux contenus désirés, puisqu’il ou elle devra se déplacer pour accéder à Internet (p. ex., au travail, dans un café, à la bibliothèque).

Chaque personnage est défini par

  • un âge
  • un lieu de résidence
  • une ou plusieurs langues parlées
  • un défi physique
  • un revenu familial

Les astérisques sur la fiche signifient le degré d’accessibilité à Internet :

  • * : accès très difficile à Internet
  • : accès moyen à Internet
  • * accès facile à Internet

 

  • fiches_pedagogiques/sinformersurinternet/acces-a-linformation-en-ligne.txt
  • Dernière modification: 2020/08/21 13:49
  • de barbayellow