protectionnumerique:guideactiviste

Un ordinateur sans données

Le meilleur moyen de protéger des données c’est de n’en avoir aucune

Lao Tsé Tung

L’objectif n’est pas ici de se cacher de Google ou de se protéger d’un gouvernement ou de logiciels espion type FinFisher ou DaVinci, mais de se prémunir des menaces standards et de ne rien conserver de sensible sur son ordinateur. Utile pour passer les frontières et les checkpoints.

  • Mise en oeuvre : facile
  • Pré-requis : une connexion Internet
  • Ingrédients : un peu de technique et beaucoup de bon sens (“information management” comme disent les anglosaxons)

Cette configuration repose sur la compartimentation et le déni plausible. L’idée est de n’avoir aucun élément sensible sur son ordinateur, ni contacts ni outils de sécurité qui pourraient éveiller les soupçons (Tor, Protéger ses données avec Veracrypt, etc.). L’utilisateur devra faire l’effort d’identifier les informations sensibles qu’il devra placer sur ses comptes et sa messagerie de terroriste de l’internet.

  • Un carnet d’adresse rempli de contacts sensibles
  • Un historique web
  • Des emails en local sur son ordinateur (avec Outlook, mailx ou Thunderbird)
  • Tout outil de crypto sauf ceux mentionné ci-dessus (car facile à supprimer et pas du tout identifiés comme “outils de hacktivistes”)
  • Des clés pgp – oubliez PGP
  • Des clés ssh - èsse èsse quoi ?
  • Des fichiers ou containers chiffrés
  • Le mot de passe de la messagerie et des comptes de réseaux sociaux. Ces mots de passe ne doivent jamais être stockés sur l’ordinateur. Ça ne fait que quelques phrases de passe à mémoriser.
  • Utiliser la navigation privée (pas de traces sur l’ordi) et un VPN (pas de traces en ligne)
  • Effacer de manière sécurisée tous les fichiers sensibles sur l’ordinateur
  • Dans le cloud, sur un compte Google, Live (si vous n’avez pas de problèmes avec les Gafam et les US), Protonmail ou Fastmail . On y stocke :
    • les fichiers
    • les contacts
    • sans client local type Google drive ou logiciel Dropbox, sans enregistrer lesdits comptes dans les apps natives de l’OS (puisque tout est stocké sur l’ordi) que ce soit Windows, Mac ou Linux. Tout se fait via le navigateur. C’est sur ce principe que repose tout le modèle
  • supprimer quand nécessaire les fichiers avec eraser ou l’effacement sécurisé sous mac

S’il vous faut vraiment stocker des fichiers volumineux,

  • utilisez une clés usb externe avec un container vercrypt – le mieux en mode stéganographie pour les plus furieux) et le logiciel veracrypt dessus. Pas sur l’ordinateur. Il est plus facile de détruire une clé qu’un disque dur.
  • ou sur la carte SD de votre téléphone en fichier txt caché dans l’arborescence d’Android, au format mp3 au milieu de votre /musique… ça reste simple et ludique à faire, juste avoir de l’imagination.

L’erreur humaine est ici hautement probable :

  • laisser traîner un mot de passe,
  • ne pas naviguer en navigation sécurisée et laisser traîner des sites dans votre historique ou pire des mots de passe enregistrés dans le navigateur (ne jamais enregistrer des mdp dans son navigateur),
  • oublier d’effacer un fichier sensible
  • Se connecter sans VPN. La plupart des clients VPN peuvent se paramétrer pour se lancer automatiquement.

Choix du service mail :

  • Se créer un compte mail éphémère sur gmx.com ou autre et activer la redirection dessus vers son vrai compte mail pro est une solution valable pour que votre “vrai” email ne transit pas sur le réseau du pays ou vous êtes.
  • Veracrypt est camoufable basiquement sous Windows ou autre en changeant l’icône tout simplement
  • Les services Google ou Microsoft live sont robustes et sécurisés mais ce n’est peut-être pas la meilleure option si vous êtes un activiste de #occupywallstreet
  • Fastmail ou protonmail proposent les mêmes fonctions que Google ou Microsoft avec l’énorme avantage de ne pas être hébergé aux EU. Inconvénient : c’est payant
  • Un email et des services autohébergés (ou hébergé par une connaissance) type yunohost. ATTENTION à l’autohergement et le blacklisting email
  • Le contexte du lieu est important, se noyer dans la masse reste un point important. Il vaut mieux utiliser une adresse gmail, yahoo, hotmail dans certaines circonstances qu’une adresse riseup.

Vos comptes compartimentés ne doivent pas contenir d’informations personnelles type nom prénom. Surtout pas de prenom.nom@gmail.com ou prenom75@live.com. On ne devient pas hacktiviste du jour au lendemain et on peut avoir échangé des emails éventuellement compromettant avec son email usuel (identifiable nom.prenom@service.com). Il faut dans ce cas les transférer sur une autre messagerie dédiée (IMAP est très bien pour ça) et les effacer de la précédente messagerie.

Guide rédigé après une rencontre avec des activiste syriens qui font des AR réguliers entre Londres, Raqqa, Alep et Damas.

  • protectionnumerique/guideactiviste.txt
  • Dernière modification: 2019/10/13 14:15
  • (modification externe)